Elles ont fait l'Histoire !

Partez à la découverte de quelques grandes femmes de l’Histoire de France, des arts et de la littérature dans les monuments du Centre des monuments nationaux ! 

En 1501, Marguerite d'Autriche, fille de l'empereur Maximilien 1er de Habsbourg, répudiée par le roi de France et déjà veuve à 20 ans, se remarie avec le duc de Savoie, Philibert II.
Mariage arrangé, il se transforme en véritable mariage d'amour. En 1504, le drame se produit : lors d'une partie de chasse, le duc est victime d'un accident et décède. Marguerite décide alors d'édifier un monument pour perpétuer l'amour qu'elle portait à son époux : le monastère royal de Brou !

À Carcassonne, on raconte la légende de Dame Carcas, héroïne qui aurait donné son nom à la célèbre cité médiévale.

Princesse à la tête des chevaliers de la Cité de Carcassonne alors aux mains des Sarrasins et assiégée par Charlemagne, voyant les vivres  s’amenuiser et la famine avoir raison de ses défenseurs, elle eut l’idée de nourrir un porc avec  du blé puis le jeta par-dessus les remparts. Charlemagne et ses hommes imaginant avec horreur, que la Cité  débordait encore de provisions malgré les six années de siège pour que l’on gâcha du blé en le  donnant aux bêtes,  décidèrent de quitter la plaine. Dame Carcas fit alors sonner les trompettes “Carcas sonne!” et convint d’une paix avec le souverain.

Cette légende, inspirée des chansons de gestes médiévales est bien entendu fausse. Charlemagne n’a jamais assiégé Carcassonne !

Dès 1938, devant les menaces de guerre, l'administration française, et notamment Jacques Jaujard, directeur des Musées nationaux, envisagent l'évacuation d’œuvres d'art majeures. Le déplacement de La Joconde du Musée du Louvre se fait dès le 28 août 1939.
Le château de Montal, situé dans le Lot, offre des atouts non négligeables pour l'accueillir : risques d'incendies limités, vastes salles voûtées en rez-de-chaussée. Le 13 mars 1943, une modeste caisse immatriculée MNLP0 arrive à Montal. Il s'agit de La Joconde !
En juillet 1944, craignant les bombardements alliés, l'équipe du château de Montal inscrit dans le pré jouxtant le monument "Musée du Louvre" en grandes lettres blanches.
Le Château de Montal ne sera jamais bombardé et, le 15 juin 1945, les œuvres reprendront le chemin de la capitale !

Aurore Dupin, alias George Sand, est élevée à Nohant, dans la maison de sa grand-mère. Elle aimait échapper au tumulte parisien et venait fréquemment s’y réfugier. De grands artistes comme Balzac, Chopin, Flaubert, ses amis, étaient souvent invités à partager ses journées studieuses. C’est à Nohant qu’elle écrira notamment un de ses plus fameux ouvrages « La Mare au Diable ». Le domaine et sa région, sources d’inspiration, trouvent d’ailleurs une grande place dans son œuvre.

Parmi les personnalités inhumées au Panthéon, l’une des plus célèbres est certainement Marie Curie. Elle reçoit avec son époux, Pierre Curie, qui repose à ses côtés, un prix Nobel de Physique en 1903. Elle obtient un prix Nobel de Chimie pour ses recherches sur le radium et le polonium.  Les longues heures d’exposition à des éléments radioactifs auront raison de sa santé. Atteinte d’une leucémie, elle s’éteint dans un sanatorium en 1934.
Le 20 avril 1995, sur décision du Président de la République, François Mitterrand, les Curie sont inhumés au Panthéon. Marie Curie restera, jusqu’en 2015, la seule femme honorée au Panthéon.

Marie-Antoinette

Quelle reine au funeste destin a laissé son empreinte au Château de Rambouillet, à la Conciergerie, à la Chapelle expiatoire et à la Basilique de Saint-Denis ?

Il s'agit bien sûr de Marie-Antoinette pour laquelle Louis XVI fit construire la Laiterie de la Reine dans le parc du château de Rambouillet. Elle fut ensuite prisonnière à la Conciergerie où elle passa les dernières semaines de sa vie.
Elle fut ensuite inhumée dans la fosse commune de la Madeleine, à l'emplacement actuel de la Chapelle expiatoire. Sa dépouille sera finalement transférée en la Basilique Saint-Denis, nécropole royale, par Louis XVIII, frère de son défunt mari.

Madame de Montespan, la favorite déchue

En 1666, Madame de Montespan, née Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart, rencontre Louis XIV. Elle ne tarde pas à devenir une ses favorites alors que son mari, le marquis de Montespan, un peu trop véhément, est exilé sur ses terres gasconnes.

Quelques années plus tard, c'est la disgrâce. Madame de Montespan quitte la cour et renvoie au roi, un des colliers de perles qu'il lui avait offert. En échange, elle reçoit 100 000 livres pour l'acquisition des terres du Château d'Oiron !

Joséphine Baker, artiste, résistante et militante

Née en 1906 dans une famille pauvre du Missouri, Joséphine Baker débarque à Paris en 1925 et devient une véritable star !
Icône des Années folles, elle s'engage activement dans la Résistance durant la Seconde Guerre mondiale. Elle lutte également sans relâche contre le racisme et pour les droits civiques aux États-Unis. En 1963, elle est présente aux côtés de Martin Luther King lors de sa célèbre Marche sur Washington !
Elle est la 77e personnalité et 5e femme à être honorée au Panthéon, après Marie Curie, Geneviève de Gaulle-Anthonioz, Germaine Tillion et Simone Veil.

MenuFermer le menu